LE BLOG DU REBOUSSIER
Sur tous les sujets du quotidien qui t'énervent tu t' exprimeras.
Ainsi ton esprit se libèrera.
De l'humour si tu peux tu en mettras.
Et alors qu'est ce qu' on s' éclatera !!!!
ETUDIE LES DIX COMMANDEMENTS DE L'ARTICLE DU 18 janvier 2009
Les vidéos de zimprod sur Dailymotion Compteur de visiteurs en temps réel
SI VOUS SOUHAITEZ PUBLIER VOS ARTICLES envoyez les à l' adresse ci-dessous
CONTACT : reboussier30@gmail.com
Sauf avis contraire de l'expéditeur les messages reçus sur cette boite pourront etre postés sur le BLOG
Heureux soient les fêles, car ils laisseront passer la lumière (Michel Audiard)

dimanche 28 mai 2017

Nouveau commentaire sur .


Anonyme a ajouté un nouveau commentaire sur votre article "" :

Pour aider 19:22 à méditer :

Quelques mesures Macronienne auxquelles il faut rajouter, l'augmentation de la CSG, la gouvernance par ordonnance, la suppression de 120 000 fonctionnaires, l'aggravation de la loi travail et quelques autres du même tonneau.

Si vous avez un gros patrimoine

Avis aux plus riches d'entre vous : si vous payez l'ISF, l'impôt de solidarité sur la fortune, son calcul sera changé. Il sera remplacé par un "impôt sur la fortune immobilière" (IFI), qui prendra seulement en compte les biens immobiliers, dans les mêmes conditions que l'ISF aujourd'hui. En revanche, si vous possédez un portefeuille d'actions, elles ne seront plus assujetties à cet impôt.

Le cadeau fiscal est estimé à environ deux milliards d'euros.

Une étude confidentielle relayée par Le Figaro révèle toutefois qu'avec cette réforme, les plus gros contribuables soumis à l'ISF ne seraient plus redevables que de 520 millions d'euros à l'Etat, contre 2,8 milliards aujourd'hui.

L'autre mesure controversée est la mise en place d'un "prélèvement forfaitaire unique" (PFU) sur les revenus du patrimoine mobilier (intérêts, dividendes, plus-values…). Actuellement, les ménages les plus aisés peuvent ainsi voir certains de leurs revenus du patrimoine taxés jusqu'à 60%... Ce ne sera plus le cas avec la réforme Macron, puisque le taux de son PFU sera de 30%. "Les gagnants sont les très hauts patrimoines, et les patrimoines professionnels", précise Xavier Timbeau, directeur de l'OFCE.
Si vous êtes chef d'entreprise

Vous avez droit à plusieurs gestes en votre faveur. "Nous réduirons sur le quinquennat le taux de l'IS (impôt sur les sociétés) de 33,3% à 25%. La baisse commencera dès 2018 et sera opérée graduellement", garantit le programme d'En marche !. Quant aux "petites entreprises", elles "continueront de bénéficier d'un taux réduit".

Autre proposition en votre faveur : une baisse des cotisations sociales employeurs de six points – qui remplacera le CICE – et de dix points pour les salariés rémunérés au smic. L'objectif de cette mesure est clair : vous aider, en tant qu'entrepreneur, à embaucher davantage. Selon les calculs d'En marche !, vous pourriez ainsi économiser "près de 1 800 euros par an et par salarié au smic", et jusqu'à 2 200 euros par an "pour un salarié payé 3 000 euros bruts par mois".

C'est sûr que ça donne envie.

9 commentaires:

Anonyme a dit…

merci Bernard, pour ces précisions...

Anonyme a dit…

Médiapart a passé au peigne fin les mails piratés du «Macron Leaks» afin de retracer les dessous de la campagne de fund-raising (collecte de fonds) du candidat victorieux de la présidentielle. L'enquête dessine un paysage glaçant, bien q'attendu des soutiens financiers d'Émmanuel MACRON.
Banquiers, chefs d'entreprise, lobbyistes... C'est auprès de ses amis riches que le nouveau président a collecté près des deux tiers des 13 millions d'euros nécessaires à sa campagne. De grands donateurs qui ont été harponnés lors de dîners de gala ou de rencontres plus informelles en présence du candidat d'En Marche!. Comme ce «cocktail dînatoire [qui aura généré] 78.000 euros en à peine une heure et demie». Quitte à adapter le discours politique aux «cibles» visées. Exemple avec ces électeurs de centre droit à qui Macron a servi «la démarcation anti-Hollande»...
À noter également, le coup de pouce de l'ex-employeur d'Émmanuel Macron, la banque Rothschild, qui, à travers ses salariés et associés (la loi française sur le financement électoral interdit à une entreprise de financer une campagne politique en France), a participé activement. Ça promet!
«Macron, candidat des riches»
Politis du 25 au 31 mai 2017

Anonyme a dit…

A vous entendre, Macron est une telle calamité, amis des riches, ennemis des pauvres qu'il voudrait encore appauvrir. Et vous pauvres c... vous n'êtes même pas foutus de vous entendre tellement vous êtes arc boutés sur vos propres petits privilèges avec intransigeance pour un passé que vous critiquiez aussi virulemment hier que vous voulez le défendre aujourd'hui ! Macron a certes des soutiens embarrassants, mais quel président élu n'en aurait pas ? N'oubliez pas que pour le moment c'est beaucoup (bons ou mauvais) qui vont vers lui mais pas lui qui va vers eux au prix des magouilles politiciennes habituelles ! Laissez lui une chance, vous en partagerez peut-être les bénéfices ?

Anonyme a dit…

13:21 - Les Pauvres c... sont ceux qui suivent aveuglément en allant au secours de la victoire, sans se poser de questions. A moins d'être très riche, tu seras plumé comme les autres.

Anonyme a dit…

@ 13h21 pour rappel un verbatim du nouveau monarque.
* «Je suis pour une société sans statuts.»
* «Le chômage de masse en France, c'est parce que les travailleurs sont trop protégés.»
* «Être élu est un cursus d'un ancien temps.»
* «La France est en deuil d'un roi.»
Derrière les apparences, Émmanuel MACRON parviendra t-il à convaincre de sa modernité?
Rien n'est moins sûr.
L'essentiel de son corpus économique, «libérer les énergies», renvoie en fait à Raymond BARRE dans les années 1970 en France ou à Margaret THATCHER dans les années 1980 en Grande-Bretagne. Et ce sont là les plus jeunes inspirateurs du macronisme, puisque, dès le début du XXème siècle, les «pesanteurs» que voulaient installer les travailleurs et leur syndicats au marché du travail sont vilipendées par le patronat et la bourgeoisie : la limitation du temps de travail ou encore le droit de grève.
Si la crise de 2008 a amené tous les acteurs politiques mondiaux à, au moins, faire semblant de maîtriser la finance, Macron n'en fait pas un sujet. La financiarisation de l'économie est pour lui un fait naturel. De ce point de vue, le nouvel hôte de l'Élysée est bel et bien un conservateur.
Aujourd'hui en France, au XXIème siècle, les citoyens veulent plus de démocratie, les travailleurs s'inquiètent des ravages de la mondialisation libérale sur leur emploi et du devenir de la planète. Mais ne comptez pas sur ce président qui se dit moderne pour répondre à tous ces enjeux!

Anonyme a dit…

Merci pour tes encouragements de défaitiste chronique et frustré 15:14 ! Surement plus à plaindre qu'à blâmer ? Oui je fais parti de ces gens dits de la classe moyenne qui sont régulièrement plumés depuis plus de 30 ans. Et ne t'en déplaise, avec Macron j'ai espoir que beaucoup de choses vont changer... peut-être pas tellement pour ceux qui attendent que les cailles tombent rôties ? Il n'y aurait pas assez de place pour citer tous les "ringards" de la politique d'hier mais de gauche ou de droite (extrêmes ou pas) ils sont nombreux. Place aux jeunes (dans leur corps et/ou dans leur tête) ! Rien n'est parfait ! Mais c'est quand même beaucoup mieux ! J'ai l'impression de revivre le "bol d'air frais" que j'ai vécu en 68 !

Anonyme a dit…

19h21 la frustration semble anéantir toute reflexion rationnelle et cohérente...
«Place aux jeunes (dans leur corps et/ou dans leur tête)!» dis-tu?
Mais si Émmanuel MACRON peut se prévaloir d'être de loin le plus jeune chef d'État élu sous la Vème République et qu'il ait tout compris du monde moderne, de la révolution numérique, des mécanismes de la finance, et de ce fait permettre à la France d'entrer dans la modernité.
Car Macron, c'est avant tout ça son credo : la modernité! C'est même autour de ça qu'il espère installer un nouveau clivage : les modernes contre les anciens. À ce titre, on comprend sa joie au soir du premier tour lorsqu'il a su qu'il allait affronter Marine Le Pen. Non seulement la victoire lui était promise, mais c'était l'adversaire parfait pour installer ce clivage.
Pour «le bol d'air frais» qu'il t'inspire, toi qui a vécu mai 68, le clivage entre «moderne» et «ancien» doit te paraître comme terriblement séduisant!

Anonyme a dit…

19:21 - STP, ne compare pas ce qui se passe aujourd'hui avec 68. Si tu as vraiment vécu 68, apparemment tu n'en garde aucun souvenir. On retrouve dans ton propos, ce qui était qualifié de ringard en 68 et qui le reste.
Tu respire les oripaux de la vielle droite conservatrice et rétrograde.

Anonyme a dit…

Désolé pour toi 22:11 mais j'ai vraiment vécu mai 68 ! Et je ne me sent pas du tout héritier d'une vielle droite conservatrice et rétrograde ! Il faut savoir remettre le flambeau ! Les temps changent, nous aussi ! (Sauf toi peut-être ? Mais tu vas te sentir bien seul avec ton acrimonie et tes frustrations).