LE BLOG DU REBOUSSIER
Sur tous les sujets du quotidien qui t'énervent tu t' exprimeras.
Ainsi ton esprit se libèrera.
De l'humour si tu peux tu en mettras.
Et alors qu'est ce qu' on s' éclatera !!!!
ETUDIE LES DIX COMMANDEMENTS DE L'ARTICLE DU 18 janvier 2009
Les vidéos de zimprod sur Dailymotion Compteur de visiteurs en temps réel
SI VOUS SOUHAITEZ PUBLIER VOS ARTICLES envoyez les à l' adresse ci-dessous
CONTACT : reboussier30@gmail.com
Sauf avis contraire de l'expéditeur les messages reçus sur cette boite pourront etre postés sur le BLOG
Heureux soient les fêles, car ils laisseront passer la lumière (Michel Audiard)

dimanche 20 mai 2018

Midi Libre publie la liste des Carrefour qui doivent fermer leurs portes en France

Midi Libre publie la liste des Carrefour qui doivent fermer leurs portes en France

Midi Libre publie la liste des Carrefour qui doivent fermer leurs portes en France

Midi Libre publie la liste des Carrefour qui doivent fermer leurs portes en France
227 magasins Carrefour n'ont pas reçu d'offres de reprises à ce jour.

ILLUSTRATION / AFP / JACQUES DEMARTHON

Le chiffre parle de lui même : 227 magasins Carrefour n'ont pas reçu d'offres de reprises sur les 273 menacés de fermeture et une proposition a, elle, été refusée. C'est ce que révèle un document transmis vendredi 18 mai par le géant de la grande distribution à la Directe (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi, un rapport confidentiel auquel Midi Libre au eu accès.

De Paris à Nice, Carrefour égrène la longue liste des magasins Contact, Contact Marché et City susceptibles de rester sur le carreau dans tous les territoires, dans le cadre du Plan Bompard, une cure d'amaigrissement et de modernisation destinée à relancer l'ancien numéro 2 mondial de la distribution (9e aujourd'hui).

"Les 227 magasins fermeront", sauf solution miracle d'ici au 4 juin

Réagissant aux informations publiées sur midilibre.fr, Carrefour confirme le nombre de repreneurs. " Ce sont bien 227 magasins qui n'ont pas trouvé de repreneurs et qui fermeront au cours de l'été", a annoncé, samedi 19 mai, à Midi Libre, le premier distributeur français, même si des offres de dernière minutes pourront être examinées, si elles sont jugées sérieuses, jusqu'au 4 juin. Un mince espoir pour les salariés, d'autant que certains magasins "étaient en difficultés et donc peu attractifs", glisse-t-on chez Carrefour. 

Mais "la direction des ressources humaines est mobilisée pour favoriser le reclassement interne des salariés concernés, dans le cadre d'un Plan de sauvegarde pour l'emploi, qui a fait l'objet d'un accord signé avec les partenaires sociaux en avril dernier", souligne Carrefour.

76 salariés "reclassés", 240 autres candidatures étudiées

Dans le détail, le groupe d'Alexandre Bompard, annonce que 76 salariés ont, d'ores et déjà, été "reclassés en interne" et "240 candidatures sont en train d'être étudiées. La direction proposera des offres locales de reclassement aux salariés concernés dans les semaines à venir".

23 offres sérieuses, 22 autres attendues

Mais 2100 emplois sont en jeu dans les 273 magasins menacés de fermeture. Combien de salariés seront gardés par les repreneurs ? Difficile à dire à ce stade. "Nous avons reçu et étudié des offres fermes de rachat, portant sur 23 sites, en cours de finalisation. Il y a également de offres de reprises sur 22 autres magasins qui sont attendues d'ici début juin", officialise, à ce stade, Carrefour. Ce qui veut dire aussi que certaines d'entre elles peuvent ne pas se concrétiser et venir allonger la liste des fermetures. 

Une chose est sûre : au regard du nombre de magasins boudés par les repreneurs, des dizaines de villes en France peuvent désormais s'attendre à une vague de rideaux baissés dans ces supermarchés de proximité.

Treize déceptions, trois espoirs en Occitanie

En Occitanie, c'est la douche froide. Les Carrefour Contact Marché d'Aigues-Mortes, Alès Prairie, Alès Silhol, Bagnols-sur-Cèze, Nîmes Mas de Ville et Pont-Saint-Esprit, ainsi que les Carrefour Contact de Beaucaire, Milhaud et Saint-Hippolyte-du-Fort sont sur la liste des 227 magasins sans repreneur dans le Gard.

C'est aussi le cas, dans l'Hérault, des Carrefour Contact Marché Montpellier Europe et Carrefour Contact Près d'Arènes Montpellier.

Dans l'Aude, les Carrefour Contact Marché de Carcassonne La Bouriette et Trèbes sont, eux aussi, sans perspective.

Bref, sur les seize magasins menacés de fermeture en Occitanie, à peine trois peuvent avoir l'espoir à ce jour d'être sauvés. Deux offres de reprises (Lidl et groupe Action) sont déjà sur la table pour le Carrefour Contact Marché de Plaisance-du-Touch en Haute-Garonne, d'autre sont attendues dans l'Hérault pour le Carrefour Contact Marché de Lunel et le Carrefour Contact de Maraussan.  

LISTE DES MAGASINS CARREFOUR SANS REPRENEUR EN FRANCE (communes classées par ordre alphabétique dans chacune des zones ):

Centre Ouest : Bagneux, Bonneuil-sur-Marne, Breuillet, Brie Comte Robert, Château Thierry, Chilly Mazarin rue d'Athis, Coulommiers, Epernay, Fontenay-sur-Loing, La Courneuve Vaillant Couturier, Les Pavillons sous Bois, Malesherbes, Migennes, Montevrain, Nanterre République, Neuilly-sur-Marne Maltournée, Orléans-la-Source, Reims Nationale, Rosny-sous-Bois Hoffmann, Saints-Julien-les-Villas, Savigny-sur-Orge, Troyes, Villeneuve-Saint-George Appel du 18 Juin, Vulaines-sur-Seine.

Région parisienne : Clichy 117/119 Jean-Jaurès, Clichy 23 bd Jean-Jaures, Colombes Stalingrad, Herblay Thévenin, Longjumeau Docteur-Roux, Malakoff, Malakoff Brossolette, Paris Daumesnil-Legraverend, Paris Ducouedic-Dumoncel, Paris Montyon, Paris Nemours, Paris Ordener, Paris Poinsot, Paris Rivoli, Paris Vaugirard 236.

Est : Belfort, Bonneville, Bourg-en-Bresse Kennedy, Bourg-Saint-Maurice, Chalons-sur-Saône Kennedy, Chanas, Charvieu Chavagneux, Clermont-Ferrand Pourchon, Firminy, Gap Orient (Tokoro), Givors, Guillestre, Hericourt, Jassans Riottier, La Bresse, La Broque, La Ricamarie, La Talaudière, Le Creusot Jean-Garnier, Livron-sur-Drôme, Lons-le-Saunier Saint Désiré, Luxeuil-les-Bains, Lyon Bloch, Mably, Morestel, Moulins, Oyonnax, Pierre-Bénite, Pont-de-Roide, Pontcharra, Riom, Romagnat, Saint-Dizier, Saint-Pourcain-sur-Sioule, Saint-Vallier, Scionzier, Seynod, Thonon-les-Bains, Tigneu, Tulle, Ussel, Vandoeuvre-les-Nancy, Veauche, Villeurbanne Hyppolite-Khan, Villeurbanne Jean-Voillot, Voiron.

Nord : Aniche Vaillant-Couturier, Armentières, Auchel Georges-Bernard, Auchel route de Lillers, Avion Thumerelle, Bailleul, Béthune Barbusse, Béthune Rue d'Aires, Bohain-en-Vermandois, Bruay-la-Buissière Desseilligny, Bruay-la-Buissière Jules-Guesdes, Bruay-la-Buissière Raymond-Deruy, Caudry, Chauny, Comines, Denain Pyramide, Estaires, Fouquières-les-Lens Fusillés, Gravelines, Haillicourt, Haisnes la Bassée Humblot, Halluin, Henin-Beaumont,  Hersin-Coupigny, Hirson, Houplines, La Sentinelle, Laon, Lesquin Jean-Jaurès, Lievin Jean-Jaurès, Lievin Résidence Aurore, Linselles, Loos-en-Gohelle, Lumbres. Montigny-en-Gohelle, Nieppe rue d'Armentières, Noeux-les-Mines, Oignies, Rousies, Sains-en-Gohelle, Saint-Amand-les-Eaux, Saint-André-lez-Lille, Saint-Martin-au-Laert, Saint-Michel-sur-Ternoise, Saint-Pol-sur-Mer, Saint-Quentin Alexandre-Dumas, Saint-Quentin Cordier, Sallaumines, Sin-le-Noble Maréchal-Leclerc, Soissons avenue de Compiègne, Somain, Tourcoing rue des Francs, Tourcoing Testelin, Wambrechies, Wattignies, Wattrelos Martinoire, Waziers, Wizernes.

Nord-Ouest : Alençon, Amiens Henocque, Argenteuil Fosse-aux-Loups, Beaucouze, Beauvais Jean-Rostand, Beauvais Rue de Clermont, Bois-Guillaume Route de Neufchatel, Caen Demi-Lune, Chanteloup Les Vignes, Cholet, Compiègne, Coulaines, Coutances, Dreux, Evreux Lepouze (lots 1 et 3), Friville-Escarbotin, Garges-les-Gonesse, Gonesse, Gournay-en-Bray, Grand-Couronne, Jumel, La Courneuve La Tour, Le Havre rue de Cayeux,  Lisieux, Luce, Meru Louis-Lumière, Mezidon-Canon, Mezy-sur-Seine, Mouy, Noyon Carnot, Penvenan, Periers, Peronne, Pontoise, Rennes, Saint-Etienne-du-Rouvray, Saint-Marcel, Saint-Vigor-le-Grand, Saint-Malo.

Sud-Est (hors Occitanie) : Apt, Arles, Aubenas, Avignon-Sémard, Bollène Maréchal-Leclerc, Bollène Saint-Pierre, Château Arnoux, Istres, La Ciotat, Le Pradet, Marseille Belle-de-Mai, Marseille Crimée, Marseille Jeanne-d'Arc, Marseille Le Merian, Marseille Sainte-Marthe, Miramas, Nice Pasteur-Gassin, Orange Lattre-de-Tassigny, Peyruis, Port-de-Bouc, Privas, Senas, Valréas.

samedi 19 mai 2018

Ces aides sociales que Bercy veut réduire dans une note interne | Planet

Ces aides sociales que Bercy veut réduire dans une note interne | Planet

Ces aides sociales que Bercy veut réduire dans une note interne

Ces aides sociales que Bercy veut réduire dans une note interne

Dans une note interne, dont "le Monde" dévoile le contenu ce vendredi 18 mai, la direction du budget constate que les prestations sociales constituent "un poids croissant" des dépenses publiques en France (26% des dépenses de l'Etat en 2016), et appelle à "maîtriser la dynamique" – comprendre, revoir à la baisse le niveau de plusieurs aides sociales. Il ne s'agit que de "travaux techniques", qui ne se situent pas du tout au "niveau politique", souligne auprès du "Monde" l'entourage du ministre de l'action et des comptes publics, Gérald Darmanin.

Pour autant, ces pistes de réflexion sont explosives. Dans les grandes lignes, la DB propose de :

Ne plus indexer systématiquement la progression des aides sur l'inflation ; un tel gel des prestations légalement indexées (allocations familiales, retraites) "pourrait rapporter 3,5 milliards d'euros" en 2019. "Revoir les règles d'éligibilité", en prenant par exemple davantage en compte le patrimoine des prestataires ; Conditionner l'octroi de minima sociaux à des critères tels que "des démarches actives de recherche d'emploi", etc.

Chômeurs : le gouvernement dévoile un nouvel arsenal de sanctions

Les...

> Lire la suite sur L'Obs

Les maires de Nîmes et d'Alès menacés de mort

Les maires de Nîmes et d'Alès menacés de mort

Les maires de Nîmes et d'Alès menacés de mort

Le TGI de Nîmes
Le TGI de Nîmes © Radio France - Ludovic Labastrou

Nîmes, France

Un jeune homme, réputé proche des milieux anti-taurins, a été interpellé ce vendredi matin à son domicile de Vitrolles dans les Bouches-du-Rhône. 

Il s'est mis en scène armé sur son compte Facebook et a menacé de mort les maires de Nîmes et d'Alès, en raison des activités tauromachiques qu'ils organisent dans leur ville respective.

Mise en scène et menaces de mort

Le jeune homme a immédiatement été placé en garde à vue dans les locaux du commissariat de Nîmes. Elle a été prolongée, ce vendredi soir. L'individu ne semblerait pas disposer de toutes ces facultés : la justice a ordonné une expertise mentale dans l'attente de son défèrement pour menace de morts sur élus et outrages.

Une affaire prise au sérieux en pleine feria de Nîmes

Dans un contexte de tension, en pleine feria de Nîmes, alors que s'annonce une manifestation des anti-corrida ce samedi devant les arènes, l'affaire est prise très au sérieux. 

Les deux élus les Républicains concernés, Jean-Paul Fournier à Nîmes et Max Roustan à Alès ont déposé plainte immédiatement. Plaintes enregistrées par le tribunal de grande instance de Nîmes.

NÎMES Accident en cours sur la Nationale 106 : 5 véhicules impliqués, 4 blessés et circulation difficile - Objectif Gard

NÎMES Accident en cours sur la Nationale 106 : 5 véhicules impliqués, 4 blessés et circulation difficile - Objectif Gard

NÎMES Accident en cours sur la Nationale 106 : 5 véhicules impliqués, 4 blessés et circulation difficile

Un accident s'est déroulé, ce vendredi matin, vers 7h30, sur la Nationale 106 à l'intersection de la route de Sauve à Nîmes et du quartier de Castanet. L'accident est survenu sous le pont de la Nationale, et a impliqué un poids lourd qui aurait percuté 4 autres véhicules (voir photos). Dans le choc, les pompiers rapidement sur place ont transporté 4 blessés dont un grave qui a été désincarcéré d'un véhicule. Ils ont été transporté au CHU de Nîmes. Cet accident, occasionne de nombreux problèmes de circulation dans les deux sens de circulation sur cet axe reliant Nîmes à Alès, mais aussi sur les routes proches menant vers le centre-ville de Nîmes, notamment la route de Sauve. La police Nationale et municipale est sur place.

Photos Objectif/ Gard Boris De la Cruz


Engrais princier

vendredi 18 mai 2018

Boisset et Gaujac



Une nouvelle distinction pour le maire de Boisset et Gaujac

Ambassade US.jpg

Banlieues : Macron enterre le rapport Borloo - Le Point

Banlieues : Macron enterre le rapport Borloo - Le Point

Banlieues : Macron enterre le rapport Borloo

Alors que des mesures seront annoncées mardi prochain, l'Élysée explique que « l'enjeu n'est pas de réinventer de grands dispositifs [...] d'en haut ».

L'entourage présidentiel fait savoir qu'Emmanuel Macron « va rappeler sa vision et insister sur le fait que toute la politique du gouvernement concourt à l'amélioration de la vie dans les banlieues ».

L'entourage présidentiel fait savoir qu'Emmanuel Macron « va rappeler sa vision et insister sur le fait que toute la politique du gouvernement concourt à l'amélioration de la vie dans les banlieues ».

© LUDOVIC MARIN / POOL / AFP

Il s'était déclaré convaincu qu'Emmanuel Macron, souvent dépeint en « président des riches », pouvait devenir « celui des banlieues » et des « oubliés de la République ». Las ! Jean-Louis Borloo voit pourtant son rapport enterré par l'Élysée.

Le chef de l'État annoncera mardi des mesures concrètes pour améliorer la vie dans les quartiers difficiles sans pour autant annoncer un grand plan pour les banlieues à la suite du rapport de Jean-Louis Borloo, a indiqué vendredi l'Élysée. Devant plusieurs centaines de personnes, dont des élus, des entrepreneurs, des acteurs de terrain, Emmanuel Macron « va rappeler sa vision et insister sur le fait que toute la politique du gouvernement concourt à l'amélioration de la vie dans les banlieues », explique son entourage, qui a souligné que « l'enjeu n'est pas de réinventer de grands dispositifs » qui « viennent d'en haut ».

En listant 19 programmes pour les quartiers dits « sensibles », l'ancien ministre de Nicolas Sarkozy comptait sur un effet « blast ». Il a fait pschitt. Sèchement, l'entourage présidentiel souligne que « le gouvernement n'a pas attendu le rapport Borloo pour agir. De nombreuses actions qu'il propose sont en train d'être mises en œuvre ». Il rappelle la mise en place depuis la rentrée 2017 du dédoublement des classes de CP, le développement des emplois francs, l'introduction de la police de sécurité du quotidien. Le gouvernement a également pris l'engagement de doubler les fonds consacrés à la rénovation urbaine, gérés par l'agence Anru, de cinq à dix milliards d'euros.

Lire aussi Rapport Borloo : les politiques se divisent sur le « plan banlieues »

Les voitures-radars privées pourraient être illégales ! – actu.fr

Les voitures-radars privées pourraient être illégales ! – actu.fr

Les voitures-radars privées pourraient être illégales !

D'après Le Canard enchaîné, qui publie une note du ministère de l'Intérieur, les voitures-radars privées seraient illégales. Une association demande leur retrait.

Les voitures-radars privées ont commencé à flasher en Normandie, fin avril (©La Dépêche d'Evreux / Actu.fr)

Elles ont commencé à flasher les automobilistes sur les routes de Normandie, fin avril. Mais les voitures-radars banalisées pourraient très bien retourner au garage. D'après une note du ministère de l'Intérieur que s'est procuré Le Canard enchaîné, ces véhicules gérés par des opérateurs privés rouleraient… en toute illégalité ! 

À lire aussi : Les premières voitures-radar en expérimentation dans l'Eure, puis en Normandie

« Main d'œuvre illicite »

Dans leur édition du 16 mai, nos confrères précisent que la loi n'a pas prévu l'externalisation de cette mission. C'est d'ailleurs ce que souligne cette note de la Direction des libertés publiques et des affaires juridiques (DLPAJ) publiée le 30 mars 2017 :

L'externalisation des contrôles de vitesse devrait être prévue par la loi, celle-ci devant expressément prévoir la possibilité, pour des opérateurs privés, de procéder à ces opérations.

Problème, la législation n'a pas évolué depuis.

Ce type d'activité serait donc comme « une activité matérielle de police » et considéré comme « prêt de main-d'œuvre illicite ». Le Canard assure que cette pratique est qualifiée de délit par l'article L8241-1 du Code du travail

Mais ce n'est pas tout. L'hebdomadaire satirique ajoute que les futurs chauffeurs doivent fournir un « extrait de casier judiciaire » afin de pouvoir conduire ces voitures-radars. Mais pour cela, il aurait fallu que le contrat soit qualifié de « marché de sécurité ». Ce qui n'est pas le cas !

40 Millions d'automobilistes demande le retrait de la mesure

Cette note vient donner du grain à moudre à l'association 40 Millions d'automobilistes, qui a fait des voitures-radars l'un de ses chevaux de bataille (avec la limitation à 80 km/h sur les routes secondaires). Elle avait d'ailleurs déposé un recours devant le Conseil d'État le 30 mars dernier. 

Elle exige à présent la « suspension immédiate de la mesure ».

Sollicité par actu.fr, le ministère de l'Intérieur n'a pas donné suite.

Regardez le reportage de Normandie-actu sur le dispositif :


INFO FRANCEINFO. Le "Plan banlieue" de Jean-Louis Borloo ne sera pas présenté mardi 22 mai comme prévu

INFO FRANCEINFO. Le "Plan banlieue" de Jean-Louis Borloo ne sera pas présenté mardi 22 mai comme prévu

INFO FRANCEINFO. Le "Plan banlieue" de Jean-Louis Borloo ne sera pas présenté mardi 22 mai comme prévu

Pourtant, le Premier ministre Edouard Philippe avait annoncé, fin avril, lors de la remise du rapport Borloo que ce serait l'occasion pour rendre les arbitrages présidentiels.

Jean-Louis Borloo, le 13 novembre 2017, à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).
Jean-Louis Borloo, le 13 novembre 2017, à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). (LUDOVIC MARIN / POOL)

Le "Plan banlieue" d'Emmanuel Macron ne sera pas présenté mardi 22 mai, comme prévu initialement, selon les informations de franceinfo. Le président de la République devait rendre ses arbitrages un mois après la sortie du rapport de Jean-Louis Borloo qui préconise des mesures ambitieuses pour les banlieues.

Pas d'arbitrages, mais un cap fixé

Pourtant, le Premier ministre Edouard Philippe avait annoncé, fin avril, lors de la remise du rapport Borloo, que ce serait l'occasion de rendre les arbitrages présidentiels. Mais Emmanuel Macron fixera seulement un cap, selon l'Elysée. Cela se fera lors d'un "moment d'échanges et de témoignages" avec plusieurs centaines d'acteurs de terrain, élus, associatifs et institutionnels, réunis dans la salle des fêtes de l'Élysée. Le président devrait prononcer quelques mots pour "redonner du sens", mais sans parler de financement.

Jean-Louis Borloo devrait être présent mardi comme simple invité. L'Élysée trouve le rapport de l'ancien ministre "ambitieux", mais souffrant "d'angles morts sur la sécurité ou le communautarisme". L'ancien maire de Valenciennes sait que son rapport ne sera pas au centre de la politique du gouvernement pour les banlieues. Il a reçu jeudi le soutien de l'Association des maires de France devant qui il a présenté son plan de relance. Si l'État ne fait rien pour les banlieues, Jean-Louis Borloo maintiendra la pression en créant sa propre fondation soutenue par douze anciens ministres de la Ville, de droite comme de gauche.

26 mai


TITLE
Logo FI
Visuel 26 mai
Samedi 26 mai, marée populaire dans toutes les grandes villes !
Retrouvez le rapport du comité électoral !
Je consulte toutes les infos sur le comité électoral
Agissons partout en France pour la justice fiscale !
Je consulte la page de la campagne
AMFiS : les inscriptions sont ouvertes !
Je retrouve toutes les infos sur les AMFiS
Consultez les vidéos de la semaine !
Le Rapport Politique du 14 mai 2018
Tuto : Communiquer avec les médias

mt

Nicolas Hulot, écologiste autoritaire | Contrepoints

Nicolas Hulot, écologiste autoritaire | Contrepoints

Nicolas Hulot, écologiste autoritaire

Par Michel Gay.

Sous des airs doucereux et consensuels, Nicolas Hulot veut imposer par la loi, via le Programme pluriannuel de l'énergie (PPE) un changement de société fondé sur la privation afin de développer coûte que coûte les éoliennes et les panneaux photovoltaïques.

Nicolas hulot a été un saltimbanque de talent, notamment dans ses émissions télévisés Ushuaïa, avant de devenir ministre par la grâce du Prince républicain élu en mai 2017. La politique a certainement ses raisons que la raison n'a pas.

Le saltimbanque est utile et même nécessaire à l'équilibre de l'esprit humain. Il contribue à faire rêver et à distraire pour rendre le monde moins rude.

Assemblée nationale le 22 février 2018

Mais l'édifiante séance de questions à l'Assemblée nationale consacrée à la stratégie de sortie du nucléaire du 22 février 2018 révèle un autre personnage, moins sympathique.

Selon Nicolas hulot, sa vision énergétique n'est pas absurde mais stratégique. La « nouvelle trajectoire » et les « objectifs » qu'il veut imposer par la loi (PPE) pour une production d'électricité fondée sur les éoliennes et les panneaux photovoltaïques ne sont pas irréalistes mais « ambitieux« .

Lorsque certains députés lui posent des questions précises, il répond que « rien n'est décidé« , que « les différents scénarios sont encore sur la table« , que « nous ne comptons pas faire abstraction des débats citoyens« .

Mais dans le même temps, il montre sa volonté inébranlable d'inscrire dans la future PPE (avant fin 2018) le développement des sources d'énergies intermittentes, la réduction du nombre de réacteurs nucléaires, et leur non renouvellement (tant qu'il sera ministre de l'Écologie).

Il y a bien sûr quelques perles

Ainsi Nicolas Hulot ne dément pas madame la députée Sabine Hubin qui prend le problème à l'envers  (pour mieux le cerner ?) en déclarant dans sa question que « c'est la dépendance du notre pays vis-à-vis du nucléaire qui empêche l'émergence d'un pôle d'énergies renouvelables« .

Ne serait-ce pas plutôt son incapacité à produire une énergie fiable et bon marché ?

Et notre pays ne dépend pas du nucléaire, il en vit grâce à ses remarquables qualités depuis 40 ans.

Sauter sans parachute ?

Après avoir reconnu que :

Les conséquences sociales de cette transition sont immenses ; or, si nous agissons brutalement, la transition énergétique échouera

Nicolas Hulot affirme :

il faudra maintenir la part du nucléaire à 50 % dans la production d'électricité. Arrivés là, nous aurons peut-être démontré qu'il est possible d'aller plus loin ; nous aurons peut-être, à l'inverse, démontré qu'il faut prendre un peu plus de temps.

Faut-il comprendre que les énergies intermittentes (éoliennes et photovoltaïques) n'ayant pas encore démontré leur capacité à répondre aux besoins de la Nation (et c'est même l'inverse en Allemagne), il faudrait prier pour qu'elles puissent le faire pendant que la puissance nucléaire disponible diminue vers 50% ?

Sauteriez-vous d'un avion sans parachute en espérant pouvoir le fabriquer avant d'arriver au sol ?

En clair, courons ensemble vers la catastrophe puis nous verrons à l'échéance si c'est idiot !

Le débat sur la PPE ne sera pas confisqué par les experts ; nous y associerons les citoyens.

Bravo ! (applaudissements sur les bancs de l'Assemblée).

Mais à quoi sert-il d'organiser un débat public sur la PPE si les conclusions sont déjà dictées par le Ministre ?

Tout cela ne serait-il qu'un « outil de communication » comme le déclare en séance le Député Raphaël Schellenberger à propos de la mise en place par Sébastien Lecornu d'un comité de pilotage sur la fermeture de la centrale de Fessenheim ?

Chassez les importuns !

Quant aux oppositions locales et aux problèmes réglementaires qui freinent le développement des énergies renouvelables, Nicolas Hulot est « en train d'y mettre bon ordre« .

Les citoyens qui ne sont pas d'accord sont priés de circuler, et les vilaines entraves de la loi (qui ne doivent pas s'appliquer aux EnR) seront aplanies.

Enfin, Nicolas Hulot a sans doute mal compris les rapports de la Cour des comptes puisqu'il déclare :

L'argument économique ne vaut plus et la démonstration a été faite que les énergies renouvelables peuvent à tout le moins équilibrer, et sans doute concurrencer, l'énergie nucléaire.

Il faut à tout le moins un sacré culot pour affirmer une telle contre-vérité. La Cour des comptes a écrit le contraire mais peut-être a-t-il mieux entendu Staline qui se plaisait à dire  « Désinformez ! Désinformez !  Il en restera toujours quelque chose… »

Nicolas Hulot révèle aussi aux Français la raison « philosophique » pour laquelle il est viscéralement antinucléaire, au-delà des arguments économiques et rationnels :

Je ne vais pas me priver ici d'afficher ma réserve à l'égard de cette filière. À quoi tient-elle ? Pour moi, si une société prend un risque et commet une erreur, elle doit être capable de contenir les conséquences de ce risque dans le temps et dans l'espace – c'est là selon moi un indice de civilisation. Or, malheureusement, les expériences de Fukushima et de Tchernobyl nous montrent que nos sociétés ne sont pas en mesure de contenir dans le temps et dans l'espace les conséquences du risque. C'est un vrai problème philosophique qui justifie ma réserve, au-delà des arguments économiques.

En mettant de côté sa mauvaise appréciation partisane des conséquences des deux accidents cités, le risque de chaos économique et social qui résultera de sa « vision stratégique » ne semble pas le déranger.

Dans chaque politicien en charge de l'intérêt général peut sommeiller un poète. Mais il y a un temps pour tout, et il est malsain de mélanger les deux dans la réalité du combat, même politique.

Le saltimbanque a le droit de devenir ministre comme tout citoyen. Mais, il serait sain et responsable pour le ministre de ne pas perdre de vue la réalité du monde physique, même si elle peut inclure une part de rêve…

Mais lorsque ce dernier devient prédominant et se transforme en dogme en voulant imposer la fermeture de centrales nucléaires en parfait état de fonctionnement sans tenir compte des lourdes conséquences économiques et sociales de cette décision, alors il peut conduire au cauchemar.

Sous sa vision écologique « ambitieuse » et idéaliste, Nicolas Hulot, comme dans la chanson de Jacques Dutronc, « a l'air sympa et attirant, mais, mais, mais… méfiez-vous« , c'est un idéologue apprenti dictateur !